12 décembre 2007

Un hilton c'est un hotel, et Paris Hilton bah... c'est une pute

J'ai fumé clopes sur clopes en m'écoutant Serafin toute la soirée mais j'ai enfin finis ce putain d'essay! Bon j'ai dépassé de 150 mots donc je vais surement devoir me replonger dedans et couper quelques trucs... Mais ce n'est plus que fignolage!

LIBERTE! ou pas... J'ai encore 2000 mots à pondre avant lundi, et j'le sens pas du tout.

Histoire de pas perdre le moral et sauter de ma fenêtre (de toute façon ça ne servirait pas à grand chose, j'suis au premier étage...) je m'accroche à quelques petits plaisirs que la vie m'offre:
- Fatal Bazooka
- Mes clopes
- La soirée qui m'attend demain soir avec diner payé par mon bar, puis vin gratuit, puis dernière soirée étudiante. Autant dire que je vais rentrer chez moi (si je rentre yek yek) en tappant dans les murs, croyant que je m'appelle Martine et que je sais voler.
- A rebosser au club, histoire de re-profiter des entrées gratuites même si ces connards d'étudiants seront tous rentrés chez eux à danser la bamboula, laissant les pleupleus de Canterbury et leur bide à bierre, qui ont le cerveau vidé à cause du foot, et qui s'habillent en Gio Goi et se croient sexy. Bon j'avoue, la seule chose qui me motive c'est la staff party du 1er avec Open Bar. Oui oui oui j'ai bien dis open bar, ce qui veut dire quadruples vodka-red bulls, des bouteilles d'aftershock, apple sourz, tequila et schnapps divers et variés qui vont défiler, et de la musique de merde mega cheese Anglais (TAKE THAAAAAAAAAAAT! SPICE GIIIIRLS! et
n'oublions pas les fameuses GIRLS ALOUD!)

Et là vous devez vous dire que je suis quand même une putain d'alcoolique. Z'avez pas tort.

- New York, même si je réalise de plus en plus qu'au final je n'aurais AUCUNE thunes à dépenser la bas vu la vitesse à laquelle je les dépenses.

A part ça j'ai mal au cou. Ma chambre pue la clope alors que je suis dans une maison non fumeur. Je dois me lever tot demain car c'est programme chargé avant la soirée de la mort qui tue. Déjà me faire relativement présentable ce qui veut dire méga épilation de la mort qui tue (je souffre d'avance), soin des cheveux, gommage, crèmes diverses et variées, lisser les cheveux même si après une courte expédition dehors ils ressembleront à la coiffure de Simon des Klaxons ou Hermione Granger (s'il fait humide) en plus court. Apres des formalités plus chiantes les unes que les autres (vive la papperasse!) m'attendent. Puis relaxation au ciné devant un film qui va me décevoir étant donné qu'il est adapté d'un de mes livres préférés, j'ai nommé "The Northern Lights" de Pullman. Bien sûr, en tant que bonne adaptation, ils ont coupé la moitié du bouquin dont toute l'intrigue sur la religion qui est en fait l'élément principal de l'histoire. Youhou!

Re-à part ça bah... rien.

Allez on a parlé des Klaxons, alors bienvenue au pays des couleurs flashs, des "houhouhouhouhouhouhouhouhou haaaaa", des coiffures bizarres, des skinny jeans, un peu d'électro, beaucoup trop de pillules (et pas que des vitamines), des yeux ouverts tels des hiboux, des chorégraphies bizarres, et des yeux qui crachent du vert.

Et hop! photo:


171970


EDIT: quelques mots clés parce que j'avoue avoir bien rigolé:

- Redisigner un canapé ancien. J'ai une tête à savoir redisigner un canapé ancien? J'ai même pas de canapé ancien! Le mien il est bleu en sky et engouffré sous les fringues de mes colocs.

- Lesbiennes dans une baignoire en chaussure. Les fantasmes de certaines personnes sont plutôt douteux.

- Gilet moche. Qui chercherait un gilet moche? A priori si tu cherches un gilet il doit quand même être à ton goût non?

Posté par Ludes à 03:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Un hilton c'est un hotel, et Paris Hilton bah... c'est une pute

    he on est pas des putes a franges et on va leur dire !

    Posté par Millie, 13 décembre 2007 à 14:58 | | Répondre
Nouveau commentaire